Fleurs, insectes et jets d’eau : comment parfaitement les photographier ?

Avec le retour du printemps, la nature reprend peu à peu ses droits. C’est donc le moment idéal pour sortir votre appareil photo et prendre de jolis clichés des fleurs et des insectes. Vous êtes novice en la matière ? Alors, voici quelques astuces qui vous aideront à obtenir des photos dignes d’un pro. Pour l’occasion, nous nous sommes rendus dans 3 parcs emblématiques de notre plat pays 😉.

Photographier les fleurs au Bois de Hal

Cette première étape nous mène dans le joli Bois de Hal, situé en Brabant flamand. Celui-ci est réputé pour ses innombrables jacinthes sauvages qui, chaque année au printemps, fleurissent pour recouvrir le bois d’un magnifique tapis bleu. Mais comment faire pour obtenir une photo parfaitement instagrammable d’une de ces fleurs ?

Premièrement, il est conseillé de prendre vos photos un jour où il y a du soleil. Elles auront plus de relief et de couleurs. Privilégiez aussi le matin, histoire d’éviter d’avoir une lumière trop écrasante.

Quel objectif choisir ? Le mieux, c’est un objectif macro. Il permet de bien mettre en évidence un détail sur une photo grâce à son ouverture de diaphragme très lumineuse. Si vous utilisez un reflex ou un hybride, tournez-vous vers un objectif avec une focale fixe, entre 40 et 60 mm. Vous utilisez un compact ? Tous les compacts possèdent un mode macro (souvent représenté par une petite tulipe).

Pour le cadrage, le mieux est de vous placer en-dessous de la fleur et de diriger votre appareil photo du bas vers le haut. Ça permet de donner un sentiment de grandeur à la fleur.

En ce qui concerne les réglages manuels, utilisez la plus grande ouverture possible. Vous pouvez alors déterminer avec précision quel endroit doit être net et rendre flou ce qui se trouve derrière ou devant la fleur.

Enfin, dernier petit conseil pour obtenir de splendides photos des jacinthes : la mise au point. L’autofocus – en d’autres termes : la mise au point automatique – fera ici parfaitement l’affaire.

Photographier les insectes aux Serres Royales de Laeken

Pour cette deuxième étape, direction les Serres Royales de Laeken, à Bruxelles. Chaque année au printemps, elles ouvrent leurs portes au grand public, qui vient y admirer des milliers d’arbres, de fleurs et de plantes exotiques.

Puisque vous savez maintenant comment photographier la végétation, voyons comment photographier les insectes qui fourmillent sur ces belles plantes ! Première chose à savoir : pour réussir vos photos d’insectes, il faut que vous soyez à la même hauteur qu’eux, comme si vous les regardiez dans les yeux. L’insecte est alors beaucoup plus expressif que si vous le photographiez en hauteur.

Au niveau de la mise au point, mieux vaut anticiper et faire la mise au point sur une zone de la plante ou de la fleur. Exemple : si un insecte tourbillonne autour d’une feuille, vous devez régler la netteté sur la feuille puis débrayer l’autofocus. Lorsque l’insecte se posera sur la feuille, vous pourrez prendre la photo sans bouger. Autre possibilité : utiliser le mode rafale, mais de préférence avec un trépied.

Et pour photographier un insecte en plein vol ? Faut bien le dire : les insectes ont une trajectoire pour le moins imprévisible 😉.

Et ils se déplacent très rapidement aussi. Pour les prendre en photo, il faut donc une vitesse assez élevée, au minimum supérieure à 1/200 de seconde. Privilégiez aussi une ouverture plus petite pour avoir une bonne profondeur de champ (f/8 ou f/11). Enfin, n’hésitez pas à mitrailler votre insecte en actionnant le mode rafale.

Photographier les jets d’eau aux Jardins d’Annevoie

Notre balade printanière se termine en Wallonie et plus précisément, dans les majestueux Jardins d’Annevoie. Ce qui les rend si exceptionnels ? Leurs nombreux jets d’eau, cascades et étangs, qui valent clairement la peine d’être immortalisés. Mais photographier de l’eau, ça ne s’improvise pas !

Vous voulez photographier de l’eau en mouvement comme un jet d’eau ou une fontaine ? Cherchez alors les contrastes et placez-vous de manière à ce que les gouttes d’eau captent la lumière du soleil. Jouez ensuite sur le temps de pose, c’est-à-dire l’intervalle de temps pendant lequel l’obturateur laisse passer la lumière. Optez pour un temps de pose court. Il va figer les gouttes d’eau. Attention à ne pas trop vous approcher, histoire d’éviter que votre appareil ne prenne l’eau 😉. Cela dit, la plupart des reflex et hybrides haut-de-gamme disposent de joints d’étanchéité.

Au contraire, si vous voulez photographier une cascade, n’hésitez pas à utiliser un temps de pose de plusieurs secondes pour un effet des plus impressionnants. Mais qui dit temps de pose de plusieurs secondes, dit aussi nécessité de stabiliser l’appareil. Et pour cela, rien de tel qu’un trépied. Pensez aussi à appliquer une légère sous-exposition. Indispensable pour éviter que l’eau apparaisse comme une forte masse blanche.

Maintenant que vous êtes expert(e) en photo de nature, n’hésitez pas à nous partager vos plus beaux clichés !

Publications apparentées